L’auteur de ce livre est une personne qui a travaillé dans les soins palliatifs. C’est à dire qu’elle accompagnait les personnes qui étaient en fin de vie. Les discussions qu’elle a pu avoir pendant ces moments là étaient précieuses et riches d’enseignement. Voici les regrets que ces personnes exprimaient et qui revenaient le plus.

Regret n°1 : J’aurais aimé vivre une vie en accord avec moi-même et non pas celle que les autres attendaient de moi

La force de l’environnement.

Cela demande parfois du courage de choisir sa propre voie. Souvent c’est une image que la société nous renvoie également.

Il faut sortir de ces schémas. D’abord, se demander qu’est-ce qui est en accord avec soi-même. Faire une vraie recherche sur soi. Ensuite, avoir le courage de prendre ces décisions.

Souvent, il faudra sortir d’une forme de sécurité et de confort. Mais c’est un mal nécessaire pour être plus proche de ce qu’on aspire réellement.

 

Regret n°2 : J’aurais aimé ne pas avoir travaillé autant

Tout est une question d’équilibre.

L’accomplissement à travers le travail est quelque chose d’important. Tout autant que les relations que l’on peut avoir avec sa famille, ses amis, ses proches.

Parier sur l’avenir et se dire qu’on profitera plus tard : ce n’est pas toujours un pari gagnant.

Même dans mon entourage, j’ai des exemples de personnes qui attendaient patiemment la retraite pour enfin « profiter ». Malheureusement, la maladie peut apparaître et changer tous nos plans…

 

Regret n°3 : J’aurais aimé avoir le courage d’exprimer mes sentiments

Avoir le courage d’exprimer ses sentiments c’est être vulnérable.

Personne n’aime se sentir vulnérable et pourtant, c’est en faisant cela que ceux qui nous entourent apprennent à nous connaître réellement.

On n’apprend pas toujours à le faire. C’est quelque chose de plus naturel chez certains que chez d’autres.

Mais tout le monde devrait faire cet effort de partager, honnêtement, un peu plus de soi.

 

Regret n°4 : J’aurais aimé rester en contact avec mes amis

Les amis, les vrais, ce sont ceux qui nous connaissent et avec qui ont a partagé des moments importants de notre vie.

La vie de couple ou la vie de famille nous éloigne parfois de ces amis. Ce n’est pas qu’on ne les apprécie plus. C’est juste qu’on ne fait plus l’effort de les voir.

Et la vie passant, on les perd un jour de vue.

Le couple est important. La famille est importante. Mais les amis le sont tout autant. Ces relations sont privilégiées et il n’est pas facile de trouver des amis qui nous comprennent réellement.

Alors si tu en as, garde-les précieusement 🙂

 

Regret n°5 : J’aurais aimé me laisser l’opportunité d’être plus heureux

Notre pire ennemi est nous-même.

Tu es peut être heureux maintenant. Le bonheur est un choix.

On s’empêche d’être heureux parce qu’on attend d’avoir tel salaire, ou avoir tel emploi, ou rencontrer telle personne, ou vivre à tel endroit.

Il faut arrêter d’associer le bonheur à des objectifs qu’il faut atteindre. Le bonheur, on le construit chaque jour.

 

Mon avis

Ce livre est une prise de conscience des choses qui comptent réellement. Malgré le fait que ce livre nous parle des regrets que l’on peut avoir en fin de vie, c’est un livre très positif.

On apprend à repositionner nos priorités. Un chapitre s’appelle même « Simplicité », preuve que le minimalisme et la vie simple sont des choses qui peuvent avoir un écho dans la vie de chacun.

C’est un livre très facile à lire et il est écrit comme un roman. J’ai eu beaucoup de plaisir à le lire et je te le recommande sincèrement.

 

Si tu veux aller plus loin, tu peux avoir accès gratuitement à l'ebook

Les habitudes MINIMALISTES pour ATTEINDRE SES OBJECTIFS

Recherches utilisées pour trouver cet article :les 5 regrets des personnes en fin de vie pdf